Leadership

Chers partenaires,

C’est avec fierté que je vous présente la première édition du journal portuaire de Québec : Le REPORTER. Ce journal diffusé par le Port de Québec, vise à faciliter puis accroître la communication entre les partenaires de notre grande communauté maritime.

La communauté maritime de Québec est vibrante d’activités au quotidien. À chaque semaine, des dizaines d’équipe de travailleurs font fonctionner les activités portuaires et virer l’économie canadienne. À chaque mois, les opérateurs maritimes multiplient les efforts pour accomplir des mandats complexes. Annuellement, des entreprises réalisent des investissements importants afin de poursuivre leur développement d’affaires.

Par ce journal, je souhaite mieux faire connaître la vaste diversité des entreprises présentes dans notre communauté. Je souhaite faire connaître les différents corps de métiers et les travailleurs de la communauté maritime. Puis, je vise à favoriser la cohésion et utiliser notre force d’équipe pour se démarquer comme secteur d’activité économique majeur dans notre région et au Canada.

Le REPORTER sera diffusé à raison de trois fois par année principalement aux périodes de pointe de la communauté maritime. À partir d’une diffusion qui s’adresse d’abord au milieu maritime, nous souhaitons faire évoluer le journal vers un rayonnement qui vise l’ensemble de la communauté de Québec. Notre objectif à moyen terme est de mettre à contribution ce nouveau moyen de communication pour mieux faire rayonner le Port dans la ville et la région. Comme partenaire stratégique du développement de la ville mais aussi comme principale plaque-tournante du commerce international, nous croyons qu’il est impératif que la communauté maritime soit plus que jamais présente dans le milieu.

En raison du vif intérêt manifesté par chacun des partenaires pour l’élaboration de cette première édition, votre collaboration s’annonce fructueuse pour les prochaines éditions. Chers partenaires, la parole est maintenant à vous. Je tiens à vous remercier pour votre précieuse collaboration.

 Merci et bonne lecture!

Mario Girard

Mario Girard, Président-directeur général

Le port en action

Glencore au Port de Québec

Glencore est l’une des plus grandes entreprises mondiales diversifiées dans les ressources naturelles. Nous produisons et commercialisons plus de 90 matières premières qui sont transformées en de multiples produits utilisés au quotidien, tels que les téléphones cellulaires, les bicyclettes, la coutellerie, le plastique et l’électricité.

Depuis 50 ans, le Port de Québec est un partenaire important pour Glencore et ses prédécesseurs : il relie trois de nos principales installations de nickel, soit Mine Raglan, située à la limite du Nord du Québec, notre fonderie de Sudbury en Ontario et notre affinerie Nikkelverk, en Norvège.

Nos installations portuaires de Québec nous permettent de recevoir, d’entreposer et d’expédier du matériel. Nos activités se déroulent selon les meilleures pratiques et un programme d’amélioration continue, notamment l’utilisation de techniques de suppression des poussières éprouvées lors du chargement et du déchargement du matériel.

Nos opérations au port se divisent en deux sections : une pour le concentré de nickel en provenance de Mine Raglan et une autre pour la matte de nickel provenant de Sudbury.

Le concentré de nickel est produit lors de la première étape de la transformation des métaux. Nous expédions ce dernier depuis le port de Baie Déception, situé près du site de Mine Raglan, jusqu’au Port de Québec. Nous effectuons environ sept expéditions par année, pour un total de quelque 175 000 tonnes.

La matte de nickel est produite lors de la fusion des concentrés de minerai et est expédiée par train depuis notre fonderie de Sudbury jusqu’au Port de Québec, où elle est chargée à bord de navires en direction de la Norvège. Chaque année, environ 22 navires transitent entre le Port de Québec et notre installation en Norvège, pour un total de 130 000 tonnes.

Les installations de Glencore sont situées sur un terrain loué par le Port de Québec et comprennent des voies ferrées, un bâtiment d’entreposage, un dispositif de déchargement à vis pour navires, des systèmes de convoyeur recouverts et plusieurs dépoussiéreurs.

Terminal de granules de bois de l’Anse au Foulon : Une contribution régionale incontestable

Réalisé par l’entreprise DômeExpert de Québec, filiale de Déric Construction, de laquelle Arrimage Québec est partenaire, le terminal de granules de bois de l’Anse au Foulon se veut le plus moderne et le plus sécuritaire dans cette industrie. Cité en exemple dans le prestigieux magazine britannique Dry Cargo International, ce deuxième plus gros terminal de granules de bois d’Amérique du Nord a été aménagé au coût de plus de 25 millions de dollars.

Dès le départ, le terminal voué à l’entreposage et à l’exportation des granules de bois se voulait original. Les ingénieurs d’Arrimage Québec ont parcouru la planète pour identifier et assembler les technologies qui assureraient l’efficacité, mais aussi la sécurité de l’ensemble de l’œuvre. On a donc fait appel aux meilleurs dans le domaine, ce qui n’a pas empêché l’entreprise d’octroyer plusieurs contrats importants à des fournisseurs de la région immédiate de Québec, qui ont pu exercer leur savoir-faire sur cet important projet industriel.

« Les fournisseurs de la région ont ainsi pu disposer d’un avantage concurrentiel. Mais il y a plus : travailler sur un chantier de construction d’une si grande ampleur fut pour eux une expérience de collaboration et de partenariat hors du commun, qui nous a mené à un résultat plus que satisfaisant. Nous en sommes très fiers ! », explique M. Jean Bédard, de la firme DômeExpert.

Des services d’arpentage à l’entrepreneur en infrastructures ferroviaires, en passant par les électriciens, la fourniture et l’installation de systèmes de gicleurs, le forage et le sciage de béton, ainsi que les distributeurs de produits de la construction, c’est plus de 25 fournisseurs locaux qui ont pu contribuer à la réalisation du projet. C’est notamment l’entreprise Béton Provincial de Québec qui a fourni le béton pour les infrastructures alors qu’Armature Bois-Franc, de Victoriaville, a assuré la mise en place des 1 200 tonnes d’acier d’armature.

« Au moins 98% du travail exécuté sur le chantier du terminal a été fait par des entreprises de la région et c’était un de nos objectifs. Nous avons procédé par appel d’offres sur invitation et nous avons fait les meilleurs choix », a conclu Monsieur Bédard.

LA SODES au coeur de l'action !

La Société de développement économique du Saint-Laurent (Sodes) est fière de s’associer à la toute première édition du bulletin d’information du Port de Québec. Fondée depuis bientôt 30 ans, la Sodes a pour mission de protéger et de promouvoir les intérêts économiques de la communauté maritime du Saint-Laurent, dans une optique de développement durable.

Ayant à cœur de concerter l’industrie maritime, la Sodes met en œuvre des actions et des activités qui rassemblent divers intervenants en vue de colliger les grands courants de pensée et ainsi devenir un carrefour stratégique. De tels forums d’échanges permettent ensuite de mieux faire valoir le rôle prépondérant du Saint-Laurent, un maillon fort de notre économie mais aussi de la chaîne logistique dans son ensemble.

L’industrie maritime du Québec permet non seulement le maintien de 27 000 emplois, en mer et à terre, mais fournit également un apport de 2,3 milliards $ au PIB québécois. Plusieurs millions de tonnes de marchandises sont transbordées dans les ports, dont certains se spécialisent dans le vrac liquide et solide, comme le Port de Québec. Ces marchandises sont ensuite, acheminées par le réseau ferroviaire et /ou autoroutier. Ceci représente des recettes fiscales de plus de 650 millions $ pour les gouvernements fédéral et provincial.

Forte de plus de 80 membres, la Sodes exerce un rôle de plaque tournante pour l’avancement de grands dossiers porteurs d’avenir comme la stratégie maritime, la relance du Plan Nord, le Corridor de commerce Saint-Laurent–Grands Lacs et l’Accord de libre-échange Canada-Union européenne pour ne nommer que ceux-ci.

Dotée d’un plan de communication dynamique, la Sodes travaille en continu à promouvoir l’industrie maritime, souvent méconnue. La diffusion d’informations fondées et positives s’avère donc essentielle. Une campagne de promotion, sous le thème « Livré par navire », a été lancée en octobre dernier. Le Port de Québec est d’ailleurs partenaire financier de l’offensive qui vise à rejoindre la population en général mais aussi les jeunes en milieu scolaire. Les projets liés à la campagne sont établis sur trois ans et devraient contribuer à susciter de l’intérêt pour notre secteur d’activité.

Merci au Port de Québec de la confiance qu’il témoigne à la Sodes.

Pour participer aux activités de la Sodes ou devenir membre, visitez le site www.st-laurent.org

La Davie, présente sur le territoire portuaire

Actif depuis 1825 et avec près de 1 000 employés, Davie compte parmi les plus grands constructeurs de navires au monde et demeure, par ses capacités de production et ses installations, le plus grand chantier maritime au Canada.

Notre compagnie possède notamment un réseau d’agences à travers le monde et propose ses services de construction, de réparation et de conversion navale à une clientèle internationale. Grâce à une vision basée sur un engagement à long terme et à un plan d’affaires solide et réaliste, Davie peut pleinement prendre part au développement d’un secteur en forte croissance : la construction de navires spécialisés pour l’industrie offshore du pétrole et du gaz. Nous nous positionnons également sur un marché de niche et construisons des navires à forte valeur ajoutée intégrant des technologies complexes comme la propulsion par GNL écologique ou encore le positionnement dynamique.

Aujourd’hui, quatre navires sont en construction et trois contrats de réparation ont déjà été signés. Ce créneau est d’ailleurs un domaine d’expertise pour notre entreprise mais également un axe de développement stratégique. Notre situation géographique sur un des axes fluviaux les plus prisés au Canada combinée à notre savoir-faire font de Davie un candidat idéal pour ce secteur d’activité. Et comme le mentionnait Alan Bowen, Chef de la direction : « Avec des coûts inférieurs à la plupart des chantiers navals européens, Davie offre un service de réparation navale concurrentiel pour les armateurs nationaux et internationaux. »

Davie est la fierté d’un patrimoine national et local puisqu’il a su s’adapter aux contraintes et aux exigences d’un marché international très compétitif. Aujourd’hui, deux ans après le redémarrage des activités, Davie a repris un rythme soutenu et notre carnet de commandes fait la fierté de nos travailleurs et participe à la vie et au développement économique de la région de Québec.

Davie est à ce titre heureux de contribuer à faire du Québec, un pôle stratégique et un bassin d’expertise pour le marché maritime.

Le Complexe naval de la Pointe-à-Carcy. Votre Marine royale canadienne à Québec

Lorsque l’on pense à la Marine royale canadienne, deux noms de villes nous viennent en tête; Halifax et Victoria. C’est dans ces deux villes portuaires que l’on retrouve les deux bases maritimes où sont amarrés les navires des Forces maritimes de l’Atlantique et du Pacifique. Lorsque l’on pense à la Marine royale canadienne, nous devrions aussi ajouter la Ville de Québec, car on y retrouve un complexe naval important.

En effet, la Marine royale canadienne est représentée à Québec par son complexe naval de la Pointe-à-Carcy. Ce complexe comporte trois bâtiments hébergeant cinq entités physiques : le Quartier général, sa résidence (hôtel), son école navale, le navire canadien de Sa Majesté Montcalm ainsi que son musée. Le complexe naval comporte près de 400 employés, principalement des militaires réservistes. En saison estivale, ce chiffre atteint près de 800 employés puisque les étudiants de la Marine affluent des quatre coins du pays pour venir y faire l’apprentissage de leur métier naval. Cette présence représente un apport économique notable pour la Ville de Québec.

L’idée d’un complexe naval à Québec remonte au début des années 1980 sous la direction de monsieur Gilles Lamontagne, ancien maire de Québec et alors ministre de la Défense nationale sous Pierre Elliott Trudeau. Monsieur Lamontagne voulait accroître la présence navale dans le Québec francophone. Il fut l’architecte d’un programme appelé « Présence navale au Québec » qui, entre autres, réalisa le déménagement du Quartier général de la Réserve navale d’Halifax à Québec en 1984. Ce programme permit aussi d’établir une école navale, un musée et une résidence qui furent inaugurés officiellement le 15 mai 1995. La division de la Réserve navale de Québec, le NCSM Montcalm, qui occupait des installations près du Manège militaire depuis 1947, s’installa en 1995 à la Pointe-à-Carcy dans le même édifice que l’école navale et du musée naval.

En assurant une présence active de la Marine royale canadienne à Québec, le Complexe naval de la Pointe-à-Carcy permet aux marins de tisser des liens avec la population ainsi qu’avec les communautés d’affaires et culturelles de Québec.

Dans la prochaine édition, les rôles de votre Marine royale canadienne à Québec.

Faits et chiffres

L’Alliance verte poursuit son expansion

Guider l’industrie maritime vers l’excellence environnementale.
Depuis septembre, le programme environnemental de l’industrie maritime a accueilli trois nouveaux participants, dont le port de la Nouvelle-Orléans, Marine Atlantique sur la côte Est canadienne et le plus grand opérateur de terminaux au Canada, GCT Container Terminals, qui a aussi des installations à New York. L’Alliance verte est un programme de certification, doté d’une vérification externe, qui encourage ses participants, dont le Port de Québec, à réduire leur empreinte écologique au-delà des normes réglementaires. www.allianceverte.org

L’industrie maritime au Québec, des carrières qui transportent… vers l’avenir!

Le secteur maritime québécois génère plus de 13 000 emplois directs répartis dans quelque 360 entreprises. Bien qu’il y ait deux fois plus de travailleurs maritimes à terre (opérations portuaires, administration et services) que sur les navires, c’est chez les marins que les défis de recrutement sont les plus importants et en particulier du côté des officiers supérieurs en mécanique de navire et en navigation.

Par ailleurs, l’industrie maritime dans son ensemble présente d’excellentes perspectives pour la relève avec près de 3 000 postes à combler d’ici cinq ans.
Pour en savoir plus : www.csmoim.qc.ca / www.facebook.com/carrieresmaritimes

Les croisières, un nouveau record

Pour une troisième année consécutive, le Port de Québec a surpassé son propre record avec l’accueil de 180 836 passagers comparativement à 162 000 passagers en 2013. La plus longue saison de croisières a permis d’atteindre un nouveau sommet avec la visite de 109 navires de croisières. Les opérations embarquement/débarquement connaissent une hausse moyenne d’environ 20 % par année consacrant réellement le Port de Québec à titre de premier port en importance sur le Saint-Laurent en termes de croisières internationales. Cette année, ce sont 25 navires qui ont choisi Québec comme destination accueillant plus de 62 000 croisiéristes en embarquement / débarquement comparativement à 51 000 en 2013. Les activités de croisière à Québec génèrent des retombées économiques de l’ordre de 23 M$ annuellement. Merci à tous pour ce grand succès.

En bref

Croisières AML fait l’acquisition de Croisières Dufour !

Le 22 octobre dernier, Croisières AML annonçait l’achat de Croisières Dufour. L’ajout de nouveaux navires dans la flotte AML permettra de gérer la demande et les besoins grandissants de l’entreprise, tout en poursuivant ses objectifs d’assurer un service de grande qualité à sa clientèle. Depuis 2012, Croisières AML a procédé à plusieurs acquisitions qui ont eu pour effet de bonifier son offre de croisières et sa présence sur le fleuve Saint-Laurent, ce qui en fait la plus importante compagnie de croisières-excursions au Canada.

À propos du Comité sectoriel de main-d’œuvre de l’industrie maritime (CSMOIM)

Fondé en 2001, le Comité sectoriel est un centre de concertation et d’action au service de l’industrie maritime du Québec en matière de développement de la main-d’œuvre. Composé de représentants d’entreprises et de travailleurs, le Comité sectoriel soutient le secteur maritime par la mise en œuvre de projets liés à la formation, la gestion des ressources humaines, la connaissance sectorielle ainsi que la planification de la relève.
Pour en savoir plus :

www.csmoim.qc.ca
www.facebook.com/carrieresmaritimes

Le Musée naval de Québec en action

Au cours de la saison estivale 2014, le Musée naval de Québec a accueilli des milliers de visiteurs dans ses locaux mais, surtout, lors des grands événements que furent le Rendez-vous naval de Québec, les Fêtes de la Nouvelle-France et la journée porte ouverte du Port de Québec. Le clou de l’année fut sans contredit l’acquisition d’un yacht historique, le Jeffy Jan II. Ce yacht, un Chris Craft datant de 1937, fut utilisé lors de la Deuxième Guerre mondiale comme embarcation militaire protocolaire et, entre autre, il servit à certains déplacements de dignitaires lors de la Conférence de Québec de 1943 qui réunissait les dirigeants Churchill et Roosevelt. Le yacht sera restauré dans les prochaines années afin qu’il reprenne du service.

Développement durable, le premier plan d'action du Port de Québec

Au printemps dernier, le Port de Québec dévoilait le premier plan d’action en matière de développement durable de son histoire. Le plan d’action a fait l’objet de consultations auprès des parties prenantes, dont les membres du Comité de relations avec la communauté et du Comité de vigilance des activités portuaires du Port de Québec. L’intégration des principes de développement durable dans le fonctionnement de l’APQ est incontournable pour permettre le développement de l’organisation, son intégration harmonieuse dans la communauté et sa pérennité. Le Port de Québec est fier de ce plan d’action et est convaincu que son application fera du Port de Québec une organisation, plus performante, plus forte et plus enracinée que jamais dans son milieu. Les trois grands objectifs et les 16 actions contenues dans le plan d’action peuvent être consultées à portquebec.ca

Le Groupe Maritime Québec

Depuis plus de 40 ans, le Groupe Maritime Québec regroupe les acteurs du milieu maritime de Québec. Avec le travail de ses bénévoles, l’organisation encourage l’activité maritime de Québec en créant des opportunités de rencontres et de réseautage entre ses membres et les acteurs du milieu à travers ses activités à caractère social. Aujourd’hui, le Groupe Maritime regroupe plus de 175 membres provenant d’une cinquantaine d’entreprises, de sociétés et divers organismes œuvrant de près ou de loin dans la communauté maritime de Québec. Le Groupe Maritime Québec est à but non lucratif et soutient activement la Maison du Marin qui vient en aide aux marins étrangers de passage dans le Port de Québec.

Pour plus d’informations : www.groupemaritimequebec.org
Trouvez-nous sur LinkedIn : « Groupe Maritime Québec »

Les Armateurs du Saint-Laurent

Impliqué activement dans les dossiers qui concernent ses membres, les armateurs canadiens opérant sur le Saint-Laurent, Armateurs du Saint-Laurent participe à différents groupes de travail, assure une veille réglementaire, fait la promotion du transport maritime et plus encore. Armateurs du Saint-Laurent compte 14 membres actifs, représentant une flotte de plus de 130 navires, et environ 90 membres associés, fournissant différents services aux armateurs. Au service de l’industrie depuis 1936, ASL est devenu la référence en transport maritime domestique sur le Saint-Laurent.

Profil

  • Il a fondé son entreprise en 1972.
  • Son entreprise exerce maintenant des activités au Mexique et en République Dominicaine.

Gordon Bain

Président et fondateur, Groupe Océan

Gordon Bain est le fondateur d’Océan, un des principaux fournisseurs de services maritimes intégrés au Canada. Grâce à la vision de M. Bain, à ses acquisitions, au développement stratégique et à la diversification de ses activités, l’entreprise est devenue un leader de l’industrie maritime canadienne.

Le président d’Océan, Gordon Bain, a d’abord établi sa réputation comme expert en travaux sous-marins. Amateur de natation, il décide à l’âge de 18 ans d’aller suivre une formation de plongée commerciale à Vancouver. Deux ans plus tard, il revient à Trois-Rivières avec une foule de projets en tête.

En 1972, qu’il crée la compagnie Aqua-Marine et obtient ses premiers contrats avec Hydro-Québec. Pendant plus de dix ans, Gordon Bain s’est immergé pour réaliser des travaux sous-marins complexes sur les différents barrages aux quatre coins de la province.

Tout en menant les activités de plongée sous-marine, l’homme d’affaires voit grand. Il désire offrir à sa clientèle des services multidisciplinaires. À cet effet, il fait l’acquisition de plusieurs entreprises dont Les remorqueurs de Québec, Remorquage et Sauvetage McAlllister, Les remorquages Sorel, Chantiers AML, Trois-Rivières Remorqueurs et Dragage St-Maurice; Aqua-Marine devient Océan. En 1987, il recrute un jeune ingénieur, Jacques Tanguay, qui deviendra son associé en 1994.

L’entreprise ne cesse de grandir. Océan est maintenant présent au Québec, en Ontario, à Terre-Neuve-et-Labrador et au Nouveau-Brunswick. Elle offre des services de remorquage portuaire, de construction et réparation navale, de transport maritime, de dragage et de location d’équipement maritime spécialisé pour l’industrie de la construction. Elle est l’un des plus importants fournisseurs de services maritimes intégrés au Canada.

Dans les dernières années, Océan a mis en service le plus puissant remorqueur portuaire jamais construit dans l’est du pays, à construit une drague a élinde trainante et annoncé un important partenariat avec le Centre Naval du Nouveau-Brunswick pour la construction d’une cale sèche flottante. Océan poursuit son développement et décroche son premier contrat à l’international en réalisant des opérations de dragage au Mexique et en République Dominicaine.

Pour M. Bain, son équipe représente son atout le plus précieux. Dynamiques et motivés, ses employés partagent tous la même passion de l’excellence et créent les solutions ingénieuses qui distinguent Océan. C’est pourquoi cette dernière s’affaire à offrir un environnement de travail stimulant et des conditions favorisant le développement. Cette approche lui a d’ailleurs valu un prix « Coup de cœur du jury » dans la dernière édition du Défi Employeurs Inspirants présentée par Emploi-Québec.

Gordon Bain a aussi à cœur de reconnaître le travail de collaborateurs de l’industrie maritime. Il leur accorde le privilège d’avoir un remorqueur à leur nom. Un des derniers en lice, le remorqueur OCEAN ROSS GAUDREAULT, en opération au Port de Québec, est nommé en l’honneur de l’ancien PDG du Port de Québec et acteur de premier plan dans le développement de l’industrie maritime à Québec.

Au fil du temps

Il y a 100 ans... des milliers d'hommes se mobilisaient

À l’été 1914 le Canada mobilisa ses troupes en vue du conflit qui s’annonçait en Europe. Des dizaines de milliers d’hommes convergèrent vers Valcartier avant de se rendre au Port de Québec. Il a fallu 40 trains pour amener l’infanterie à Québec. Les bagages du contingent ont été transportés dans 75 wagons (La Patrie, 3 octobre 1914). Les unités à cheval vinrent par la route […] et se rendirent aux quais lorsqu’appelées. Les autres vinrent par train directement au port. (Nicholson, Canadian Expeditionary Force 1914-1919)

Le premier contingent canadien

En septembre et octobre 1914, il a fallu 31 navires de fort tonnage pour transporter le premier contingent canadien avec ses canons, ses chevaux et son matériel. C’est l’expédition la plus considérable qui ait jamais été faite au-delà de l’Atlantique. (Le Soleil, 3 octobre 1914, p. 9). On embarqua 20,000,000 de cartouches de 303, 111,864 obus, 853 wagons et 142 camions, 32, 330 soldats et 7,679 chevaux. Et tout cela se fit au départ du Port de Québec.

Bunge & Québec : Au fil des ans

Le terminal de grain du Port de Québec voit le jour en 1904 sous la forme rudimentaire d’un hangar de bois. C’est en 1913 que débute la construction d’un élévateur muni d’équipements permettant la manutention de grain provenant de l’Ouest canadien. Cette première structure fut inaugurée en 1914, elle comptait 51 silos de 60 mètres de hauteur. Plusieurs agrandissements se sont succédé au fil des ans, en 1917, 1928, 1958 et 1964, pour en arriver aujourd’hui avec un terminal des plus performants avec ses 604 silos et une capacité de stockage de 225,000 tonnes métriques.

Calendrier

Appel de communications GreenTech 2015

12 décembre

L’Alliance verte invite les membres de la communauté maritime à soumettre d’ici le 5 décembre 2014 des propositions de conférence sur des expériences concrètes, des études de cas et/ou des recherches novatrices afin de préparer le Green Tech 2015 qui aura lieu du 27 au 29 mai 2015. Les sujets proposés devront démontrer aux participants à quel point les pratiques exemplaires, les nouvelles technologies et les partenariats judicieux peuvent faire une différence sur le terrain. Nous vous invitons à présenter des communications sur les différents enjeux abordés par les indicateurs de rendement de notre programme environnemental et sur des sujets d’actualité qui touchent nos participants (armateurs, ports, terminaux et chantiers maritimes). Les thèmes sont décrits dans cet appel de communications. Nous vous rappelons que le huitième colloque environnemental de l’Alliance verte sur les technologies vertes et l’innovation pour le transport maritime GreenTech 2015 se tiendra à Seattle, dans l’état de Washington, du 27 au 29 mai 2015.

Canne à pommeau d'or 2015

08 janvier

Le 8 janvier prochain, le Port de Québec tiendra la traditionnelle réception pour souligner la remise de la canne à pommeau d’or 2015 qui ouvre l’année portuaire à Québec.

Conférence Stratégie maritime - Événements les Affaires

Du 10 février au 11février

Projet phare du gouvernement libéral, la première Stratégie maritime du Québec vise à relancer l'économie tout en stimulant la création d'emplois et d'investissements. La mise en valeur du fleuve Saint-Laurent soulève un grand intérêt. Si des investissements importants sont prévus, plusieurs questions demeurent en suspens quant à la concrétisation de cette stratégie, de la compétitivité accrue de l'industrie maritime ainsi qu'aux investissements requis pour le développement des infrastructures et des pôles logistiques. Venez entendre les joueurs-clés de l'industrie maritime. Un rendez-vous à ne pas manquer pour en apprendre davantage sur les impacts de la stratégie maritime au Québec !

Chambre de commerce de Lévis - Discours de M. Mario Girard

17 février

Réussir le Port de Québec : Entreprendre, innover et communiquer.

Atelier de réglementation sur le personnel maritime

18 février

Cet atelier est offert par le Comité sectoriel de main d'oeuvre de l'industrie maritime.

Banquet annuel des armateurs du St-Laurent

20 février

Il est déjà temps de réserver votre place pour le traditionnel banquet des Armateurs, qui aura lieu le 20 février prochain. Ce rendez-vous de l’industrie réunit chaque année plus de 450 convives dans l’ambiance chaleureuse de la salle de bal du Château Frontenac, une excellente occasion d’élargir votre réseau ou de revoir des collègues de longue date.

Conférence « TMCD, tourné vers l’avenir », édition 2015

Du 13 mai au 14mai

L’édition 2015 de la conférence biennale « TMCD, tourné vers l’avenir », aura lieu à la Gare Iberville à Montréal. Cette conférence s’adresse aux expéditeurs, transitaires et acteurs des secteurs des transports maritime et terrestre désireux d’en savoir davantage sur ce monde méconnu qu’est le transport maritime courte distance (TMCD). L’événement, organisé par Armateurs du Saint-Laurent et la Table du Québec sur le TMCD, se tiendra cette année sous le thème «Expédier avec le maritime : aussi simple que AB[TM]CD!»

Merci!

Restez à l'affût pour ne pas manquer le prochain numéro!

portquebec.ca