Le RePORTer

Le journal portuaire de Québec

Édition 1, numéro spécial

Leadership

Chers partenaires,

Le transport maritime international assure près de 90% du tonnage des échanges commerciaux dans le monde. En observant le commerce du Canada avec les pays autres que les États-Unis, on constate que plus de 96% du tonnage et près de 66% de la valeur des exportations canadiennes est réalisé par transport maritime. Ce type de transport est donc crucial pour le développement économique du Canada. Alors que nous vivons dans un contexte où la globalisation des marchés mène à une augmentation importante des échanges entre les différentes régions de la planète, le transport maritime est appelé à jouer un rôle encore plus important dans l’économie mondiale. À cela, ajoutons la relance du plan nord, la mise en place d’une stratégie maritime et la signature d’un accord de libre-échange Canada-Union européenne qui sont tous des éléments forts qui encourageront inévitablement le transport maritime.

La présence et l’importance de maintenir dans l’Est du Canada un corridor maritime de commerce efficace et compétitif justifie des investissements continuels de la part des intervenants privés ou publics impliqués dans le transport de marchandises diverses. Le développement de corridors et de portes d’entrée et de sortie implique la construction et la mise à jour d’infrastructures de transport telles les routes, voies ferrées et installations portuaires. 

Depuis quelques années déjà, le Port de Québec doit composer avec une congestion de ses espaces à quai en période de pointe qui mine sa compétitivité par rapport aux ports américains. De plus, le port n’a plus l’espace nécessaire pour accueillir de nouvelles opportunités d’affaires et répondre notamment à la demande grandissante pour l’exportation canadienne. Enfin, comme plus vieux port canadien, le port doit générer des revenus suffisants pour assurer la réfection des infrastructures existantes.

C’est pour répondre à cet enjeu et à la demande croissante du commerce maritime que des investissements majeurs sont requis afin de maintenir et consolider la position concurrentielle du Port de Québec comme plaque tournante de commerce international. À cet égard, le Port de Québec propose la réalisation d’un projet global d’infrastructure intitulé : Beauport 2020. Ce projet global comporte deux phases. La première phase consiste à l’aménagement d’un terminal multifonctionnel en eau profonde par l’extension de la ligne de quai sur 610 mètres, l’aménagement d’un terrain de 18,5 hectares puis la consolidation et le réaménagement de la plage de la Baie de Beauport. La deuxième phase, proposera éventuellement la mise en place d’un Duc d’albe. La réalisation de grands projets d’infrastructures comme Beauport 2020 est essentielle afin d’assurer la pérennité des installations portuaires de Québec qui jouent un rôle crucial dans la chaîne logistique canadienne du commerce international et permettra l’arrivée de nouvelles opportunités d’affaires. Nous avons mis en place l’ensemble des règles et procédures pour que les projets du port puissent se réaliser selon les plus hauts standards et dans le respect des règles les plus strictes. 

À ce sujet, le port a annoncé un nouveau processus environnemental de participation citoyenne qui en fait une première sur le plan canadien. Celui-ci s’appuie sur les trois assises suivantes :

  • L’obligation d’informer et d’assurer une participation du public pour les projets;
  • L’obligation de faire appel à une firme indépendante pour produire les évaluations des effets environnementaux;
  • L’obligation pour le promoteur de prendre en compte les commentaires émis par les citoyennes et autres parties intéressées.

Qu’il s’agisse de création d’emplois pérennes et de qualité, de l’impact économique ou de l’importance stratégique de ses installations maritimes, le Port de Québec est un actif structurant pour la région et un créateur de richesse de premier plan au pays. Au cours des dernières années, notre administration a su démontrer que la croissance économique essentielle à sa pérennité pouvait se faire de façon responsable et durable. L’APQ se prépare à vivre une période importante de son histoire. Le temps est venu de moderniser les infrastructures en vue de saisir de nouvelles opportunités commerciales et planifier la restauration des infrastructures actuelles. L’APQ planifie des projets de modernisation structurés, en respect avec les exigences de développement durable et qui tient compte des préoccupations citoyennes qui lui permettra de continuer à répondre à la demande croissante des industries économiques canadiennes et nord-américaines tout en générant la prospérité dont nous avons grandement besoin au pays.

Mario Girard

Mario Girard, Président-directeur général

Dossier

Beauport 2020 – Terminal multifonctionnel en eau profonde

Port en eau profonde situé à la tête du corridor maritime Saint-Laurent/Grands Lacs, le Port de Québec joue un rôle stratégique au sein de cette route de commerce continentale en tant que seul port pouvant compter sur 15 mètres de profondeur d’eau à marée basse et sur une pleine intermodalité. De ce fait, le Port de Québec est un lieu de transbordement stratégique entre le cœur industriel et agricole de l’Amérique du Nord et le monde. Ouvert à la navigation à l’année, il est l’un des plus importants ports canadiens en termes de tonnage et de retombées économiques. Les infrastructures portuaires constituent un actif économique majeur pour la Ville de Québec qui génère 5 000 emplois directs et indirects dans la région.

Le transport maritime mondial connaît une croissance soutenue qui a été bénéfique aux activités du Port de Québec. Or, celui-ci doit maintenant composer avec une congestion de ses espaces à quai en période de pointe qui mine sa compétitivité par rapport aux ports américains. De plus, le port n’a plus l’espace nécessaire pour accueillir de nouvelles opportunités d’affaires et répondre à la demande grandissante pour l’exportation canadienne. Enfin, comme plus vieux port canadien, le port doit générer des revenus suffisants pour assurer la réfection des infrastructures existantes.

Un projet porteur

Pour faire face à ces défis, l’Administration portuaire de Québec (APQ) met de l’avant un projet global stratégique afin de se doter de nouvelles infrastructures portuaires. Le projet global, intitulé Beauport 2020, se situe dans le secteur portuaire de Beauport. Il est estimé à 530 M$ et sera réalisé en deux phases.

La phase 1 du projet propose le prolongement de la ligne de quai actuelle de 610 mètres, dotée d’une profondeur d’eau de 16 mètres à marée basse, la création de 18,5 hectares de nouveaux terrains ainsi que la consolidation et le réaménagement de la plage existante. Le projet Beauport 2020 – phase 1 nécessite un investissement de 190 M$, pour lequel une participation financière de 62 M$ est demandée au gouvernement fédéral dans le cadre du programme Nouveau Fonds Chantiers Canada, volet Infrastructures nationales.

Des retombées économiques

La création de ce nouvel espace économique permettra l’arrivée d’opportunités d’affaires qui généreront des investissements privés de 250 à 400 M$ en infrastructures, notamment pour les opérations de transbordement et d’entreposage. Durant la phase de construction estimée à 5 ans, le projet créera 1 200 emplois par année. Par la suite, l’ensemble de ces infrastructures permettra de créer 1 100 emplois permanents supplémentaires et un ajout de 100 M$ en retombées économiques.

Une démarche rigoureuse

Afin de mener à terme ce projet stratégique, l’APQ s’est engagée depuis plusieurs années dans une démarche rigoureuse. Ainsi, plus d’une trentaine d’études environnementales et d’ingénierie ont été entreprises pour assurer la meilleure intégration possible du projet dans son milieu. L’APQ a complété les plans et devis du projet Beauport 2020, phase 1. Cet exercice a permis à l’APQ de présenter un projet structuré et planifié tant pour son financement que pour la réalisation des études environnementales. Sitôt l’étape du financement fédéral complétée, une consultation publique formelle permettra à la communauté de prendre connaissance du projet et des études réalisées, et de s’exprimer. Cette consultation publique s’effectuera à l’intérieur des paramètres tracés par le Processus environnemental de participation citoyenne (PEPC). Ce nouveau processus permettra d’entendre les préoccupations citoyennes dans un environnement adéquat et répondre aux questions de la communauté. Le PEPC prévoit une démarche de consultation composée de séances d’information et d’audiences publiques menées par des commissaires indépendants qui rédigeront un rapport de consultation comprenant des recommandations. Ce rapport sera soumis au conseil d’administration de l’APQ, à qui incombera la responsabilité finale d’autoriser le projet au terme de cette démarche rigoureuse.

Des engagements formels

Par ailleurs, l’APQ a pris des engagements fondamentaux par rapport à la réalisation du projet Beauport 2020, phase 1. Outre le fait que le projet sera soumis au processus environnemental de participation citoyenne, tous les nouveaux terminaux qui seront construits sur ce nouvel espace économique seront également soumis à un PEPC distinct pour chacun d’entre eux. De plus, ce nouveau territoire portuaire sera réservé exclusivement à des projets de terminaux 100% sous couvert. L’APQ misera sur le développement de terminaux qui favorise une intermodalité à faible empreinte carbone (transbordement navire-navire ou navire-train). Enfin, l’APQ s’engage à consolider et à réaménager la plage de la Baie de Beauport afin de protéger ce site récréotouristique exceptionnel de l’érosion des berges causée par les marées et le mouvement des glaces.

 

Merci!

Restez à l'affût pour ne pas manquer le prochain numéro!

portquebec.ca